Un propriétaire fait le bonheur de ses voisins... en surélevant son appartement

Ce qui suscite souvent une levée de bouclier de la part de la copropriété a fait cette fois l’unanimité. Voici le secret d’un deal « gagnant / gagnant ».

Deux chambres de bonne. L’histoire se déroule dans le 9e arrondissement de Paris, rue de Douai, et commence par l’acquisition de 2 chambres de bonne de 35m2 chacune. Un couple les achète pour 800.000 euros. Mais il aspire à plus grand et conditionne son achat à la surélévation de leur futur appartement. 

Le deal avec la copropriété. Pour convaincre l’ensemble des copropriétaires d’accepter un permis de construire pour une surélévation de l’immeuble, le couple se montre généreux. Il propose de prendre à sa charge le ravalement de la façade de l’immeuble (côté rue et côté cour), ainsi que l’isolement de l’immeuble par l’extérieur. Autant tirer parti de l’échafaudage qui de toute façon doit être installé devant l’immeuble. 

Ascenseur pour tout le monde. Le couple propose également d’installer un ascenseur à ses frais, l’immeuble de 4 étages n’en possédant pas. Ce qui lui permettra du coup de bénéficier d’un accès privé à son propre logement. Le montant total des travaux offerts à la copropriété est estimé à 250.000 euros. Un joli cadeau. 

Les travaux. Le couple obtient l’accord de la copro et se lance dans les travaux. La surface initiale de leur appartement (70m2) passe ainsi à 153m2 grâce à une double élévation : un nouvel étage (5e) et un nouveau toit terrasse (6e) qui comprend un petit local buanderie / chambre d’ami. La partie terrasse fait en tout 137m2. Une (très) jolie surface au coeur du 9e arrondissement de Paris.  

Une opération rentable. Récapitulons : l’achat des deux chambres de bonnes aura coûté 800.000 euros, auxquels on ajoute 453.000 euros pour les travaux offerts à la copropriété, plus ceux pour la surélévation de l’appartement. En ajoutant l’ascenseur à 90.000 euros, on obtient un budget total (honoraires de l’architecte inclus) de 1,35 millions d’euros. Une jolie somme. Mais l’opération reste rentable puisque, d’après Le Figaro Immobilier, la valeur du bien pourrait être de 15.000 euros le m2, soit un appartement d’une valeur de 2,3 millions d’euros. 

Un spécialiste des surélévations. C’est l’architecte Jean-Thomas Finateu qui a réalisé ce projet. Il n’en est pas à son coup d’essai pour des surélévations d’immeubles ou de maisons. C’est même lui qui a mis au point le « deal » entre propriétaires et copropriétaires, connaissant bien les enjeux et difficultés de tels dossiers. 

La formule gagnante. En finançant des travaux pour la copropriété, Jean-Thomas Finateu pense avoir trouvé la bonne formule pour satisfaire tout le monde. Car si ses clients ont fait une très bonne affaire, les copropriétaires aussi : l’architecte estime que les travaux apportés à la copropriété ont fait grimper la valeur des logements de 11.000 à 14.000 euros/m2. Ça donne envie d’avoir un voisin qui fait une surélévation…

Plus d’info et de photos sur Le Figaro

Newsletter | The Big Village

Pour les Parisiens qui aiment les bonnes adresses et cherchent leur future adresse.